Actualités

La vie élastique

Retours sur l’Exposition
Ensembles d’aquarelles originales au format carte postale

Après de nombreux rebondissements, mon exposition personnelle d’aquarelles sur carte postale, la vie élastique, a eu lieu début septembre en région Lilloise, chez Marc Lasseaux dans sa programmation « un été avec de l’art ».

Elle a rassemblé un grand nombre d’aquarelles originales au format carte postale, à la frontière du souvenir, du récit et de l’instant présent.


« C’est tout petit dehors »

Déconfinée inconnue

Résidence d’été

Vue de la résidence à la Friche Lamartine – Lyon

Mémento (Juin 2021)

Exposition collective
Une archive vivante des occupations temporaires d’espaces

Fil de vue (hiver 2021)

Retour sur l’exposition solo

Le lac de Saint-Point

J’ai présenté cet hiver plus d’une centaine d’aquarelles inédites, au format carte postale, produites ces dernières années : Un large ensemble de morceaux de vie, orchestré tel un panorama musical, tel le film d’une vie. La vôtre, la mienne? L’aquarelle semble intemporelle, le temps est devenu liquide. Voilà pourquoi j’ai repris la peinture sur le vif, joyeusement, lorsque j’ai débuté l’enseignement de cette technique dite de la détrempe.

Exposition Février et mars 2021
Les enfants du Tarmac – 18 rue Dumont 69004 Lyon, France


« Le temps est devenu liquide »

(Jérôme Dupré la Tour)

Entre le bonnet et le stade

Démolition du site friche Lamartine (automne-hiver 2020-2022)
Jérôme Dupré la Tour et Laetitia Mongeard

Sous la Charpente (Juin 2020)
 

Retour sur l’Exposition collective

Présentation succinte de mon travail dans l’exposition collective :  Je propose ici une présentation d’oeuvres récentes sous la forme d’un état des lieux, à la manière d’une revue scientifique, d’une table d’opération émotionnelle et d’un magasin poétique.

Mon travail s’axe sur la mise en perspective des images.
Ici, la mise en situation est autant l’occasion de poser un regard sur nos ressentis que de se laisser happer par la matière elle –même : Celle du papier, du bois, du métal.
Forger des images, oui, mais montrer à la fois ce qu’elles révèlent et ce qui les fabrique.

Ainsi on rencontrera ici des œuvres qui sont en regard, soit en binôme, soit en inversion, soit en différences.
L’actualité brûlante qui fait de cette exposition, mieux qu’un déconfinement, une décomposition de l’architecture classique des conditions de monstration, se révèle galvanisante pour présenter ces œuvres pour l’essentiel réalisées à l’atelier de la friche Lamartine, site Tissot.

Les titres des œuvres ont ici leur importance, mais leur essence reste première : Le travail est d’associer la fragilité à la force au sein de la représentation.


Photos prises durant l’exposition – Jérôme Dupré la Tour – Friche artistique Lamartine – Juin 2020



Portrait 2018 à l’atelier 2.1, Friche Lamartine – Photo : Emmanuel Soccodato