Text

Etant d’un naturel à questionner la nature des choses, naturellement mes oeuvres se présentent comme des questions en mouvement, et à la fois des tentatives de réponses.
Des gestes dansés organisent un espace, des trajectoires s’animent, puis les éléments s’avancent comme au théâtre : S’esquisse un langage où formes organiques et abstractions s’enlacent, s’agencent en tensions, racontent mille histoires a posteriori d’une lutte.

A la recherche traditionnelle du sujet de la peinture, j’inverse le procédé pour démonter la mécanique de l’image, et révéler quelque chose d’indicible, une part du mystère. Transmettre ce que j’ai saisi du monde, et comment le monde me saisit.

Pour cela j’exerce une proximité entre des formes familières par leur valeur intemporelle et leur aspect fondamental : animales, végétales et minérales, liquides et solides. C’est leurs sauvageries et âpretés que je convoque à une danse sensuelle.
Esthète et campagnard, je m’efforce aujourd’hui d’accepter les imperfections, de les laisser vivre, de même leur donner leur place, les faire tenir debout, et de tailler le tout comme de la vigne.

On dit de mes oeuvres qu’ ”elles ne cherchent pas à représenter quelque chose mais à évoquer”, “Tantôt figuratives, tantôt abstraites, souvent les deux”, qu’elles rassemblent “le paradis et l’enfer au même moment”, qu’elles “ouvrent grand” et “laissent de la place”.
J’en dis qu’elles sont autant des cartes que des voyages, autant des cris de rage savamment orchestrés que des polyphonies sans partition.

Réunir le tout.
Ouvrir l’éventail émotionnel en grand.
Y dresser des miroirs.
ici et maintenant.

Résider dans la salle de jeu
Libérer la matière de ses empêchements.
Célébrer la joie au présent.
Accepter les perceptions gaies ou cruelles,
révéler le corps comme absolu
La naissance comme la fin.
Comme une empreinte, une mémoire,
comme une trace, un passage,
comme un envol.